mardi 18 janvier 2011

Caetano Veloso



Lui, c'est une des raisons pour lesquelles j'ai envie d'apprendre le portugais.
C'est un ami brésilien qui m'a initié à cette merveille. Le seul album que j'ai (pour l'instant), c'est Transa, composé en 1972. Et ben même en 2011, c'est toujours de la grosse boulette atomique.


Il y a des choses qui ne pourrissent jamais. La beauté en fait partie.  Cet album est de loin dans le top 5 de ceux qui passent très très régulièrement dans mon ipod. Et maintenant tout de suite, il est à fond dans mon salon. Ouais, j'ose même le confronter à la dictature musicale de mes collocs. C'est dire si je l'aime.

Et j'ai même pas honte de découvrir ce bonhome 44 ans après le début de sa carrière. Après tout, il n'y a pas d'urgence à rencontrer l'intemporel. Et puis de toutes façons être vintage c'est hyper fashion.

Sur ce, moi, je vous laisse: j'ai des kefta à aller pétrir  du bout des doigts, avec Caetano à fond pour m'accompagner, que je vais de ce pas déplacer à la cuisine . Et tant pis pour mes collocs.

PS : Si vous avez des albums de lui (yen a douze mille) à m'uploader quelque part, je prends je prends je prends !!!

1 commentaire:

RebeccArmstrong a dit…

"Il n'y a pas d'urgence à rencontrer l'intemporel". C'est vrai.

Enregistrer un commentaire

Ayez pas peur, ça mord pas !