samedi 16 avril 2011

Café Pi

Les amis, ma vie a changé : j'ai commencé à rédiger mon mémoire de master. Ouh là làà ! Pour donner un cadre agréable à ce supplice d'équations, de graphes, de stress et d'articles abscons à déchiffrer, j'ai décidé de sortir faire la rédaction ailleurs qu'au labo. 
C'est un grand sacrifice pour mes yeux, puisque l'écran de mon ordinateur portable doit faire au bas mot un bon quart de celui qu'on m'a donné au labo, maaaaaaaaaais, ça me permet de faire une étude exhaustive de tous les cafés autour de chez moi. Et de vous le faire partager. Contents ??

Je prendrai pas de photos, parce que $ ordi + disque dur + bouquins et cahiers = déjà très très lourd $, (les geeks qui rigolent à la blague, vous êtres trop geeks, sortez de chez vous. Les autres, je vous pardonne de pas comprendre), donc même pas je pense à embarquer en plus mon enclume d'appareil. Et comme non, je n'ai pas d'iphone 4 pour prendre des sneak pics trop stylées parce que je suis une fille stylée, et ben ça vous donnera une bonne occasion de faire courir votre imagination. 

Pour les montréalais, j'espère que ça vous donnera des idées, avec l'été qui approche (mais si, on y croit, on y croit, on est presque en Mai, il doit plus être bien loin, mais nooooon c'est pas de la neige qui tombe là, c'est de la pluie un peu solide, c'est tout). Pour les autres, ben j'espère que ça vous donnera envie de venir à Montréal écumer tous ces jolis petits cafés !


Je vous écris donc en direct du café Pi. 
C'est sur Saint-Laurent, un peu en-dessous de Rachel, juste à côté de Patati Patata. Les murs sont rouges, il y a des fauteuils larges et confortables, des tables noires et beaucoup de gens posés à travailler. La radio est branchée sur Planet Jazz, ce qui me fait fredonner un morceau sur deux et trépigner de joie quand ils choisissent de passer Melody, Stacey ou Madeleine. Ya un beau black vautré sur le canapé un peu plus loin, il a l'air plus absorbé par ce qu'il se passe dans la rue que sur son macbook. 
Ca sent bon, c'est calme, et la musique est parfaite. 
Mais le mieux, c'est qu'il y a un tas de gens hétéroclites qui sont là. Sur quelques tables, des jeux d'échecs sont disposés en libre service, et on sent qu'il y a des habitués qui viennent faire leur partie du week-end. La population est un mélange de nerds, de geeks, d'intellos et de hipsterounets un beu branchouille mais pas trop. Je nage comme un poisson dans son bocal. 
Pour ce qui est de la bouffe, j'ai pris qu'un thé. La tasse est grande et transparente, le thé est bon, et pas cher. Ma voisine, une indienne moustachue, a l'air de se régaler d'un sandwich grillé et d'une salade de pois-chiches.. Ça me donnerait presque faim !

Mais il faut que vous laisse, ya le beau black qui est sur le point de partir..


2 commentaires:

RebeccArmstrong a dit…

Ha mais c'est quoi des hipsterounets"?? Mais mon ignorance ne m'empêche pas d'être tentée par cet endroit...

Nina a dit…

Haha, le "Hipster" c'est le jeune branché de Montréal, à la moustache, aux lunettes carrées qui virent au rond cette saison, aux jean super slim et aux jambes spaghettiques assorties, agrémenté de tout un tas d'accessoires vintage, qu'on retrouve dans toutes les soirées un peu branchées, alternatives, qui se veulent underground. C'est un peu le bobo parisien local, tout aussi snob mais moins de classe. Un "Hipsterounet", c'est donc un petit hipster gentil.

Enregistrer un commentaire

Ayez pas peur, ça mord pas !